Antonio e Valentina

Antonio Buono

La cuillère est son couvert préféré, parfait pour gouter finement sauces et coulis qui chauds et gourmands, enveloppent ses plats. Je n’exagère pas en disant que Antonio fait partie d’un des hommes plus passionnés et aimant son travail que vous pouvez rencontrer.

Il baigne dans les cuisines depuis ses 14 ans, a connu chaque degré de la hiérarchie soldatesque culinaire, il s’est formé dans les brigades de restaurants de prestige en Italie, Espagne et Etats Unis d’Amérique, jusqu’à sa rencontre plus signifiante, l’arrivée dans l’équipe du restaurant étoilé « Le Mirazur » à Menton (Alpes Maritimes).

Six années dont cinq en tant que Premier Chef de Cuisine, dirigeant le travail synchronisé de vingt chefs de cuisine.

A vrai dire il n’a pas fait le service militaire proprement dit, mais il l’a fait …Croyez-moi !

En 2019, tous ses efforts, les refus d’une vie autre que la vie de cuisine, nous ont apporté, finalement, la satisfaction de remporter la troisième étoile Michelin pour le restaurant Mirazur et la première place dans le palmarès du « The World’s 50 Best Restaurant ».

Le 2019 est aussi l’année de la naissance de notre premier enfant, année qui marque le pas vers une vie repensée autour de la famille, mais toujours alimentée par la passion sans limites pour la cuisine et l’estime pour la beauté de la nature.

Valentina Florio

Je cuisine seulement à la maison, depuis toujours et pour curiosité et pour gourmandise.

Je me souviens encore du regard inquiet et résigné de ma mère, qui acceptait stoïquement le désastre, dans la cuisine, du samedi après-midi, alors que, encore enfant, je me dédiais à la préparation de gâteaux ou biscuits… Et ceci, je le souligne, comme autodidacte !

Merci maman et papa.

Mais ce a été ma grand-mère à déterminer ce regard de merveille quand je voyais ses mains travailler avec rythme pendant qu’elle pétrissait la farine avec l’eau.

Enchantée par la bonté de ses plats ainsi que par leur histoire, j’ai dédié beaucoup de mon temps à l’étude de l’alimentation et aux personnes qui la produisent.

Elle m’a filé des recettes que lui ai promis de ne jamais révéler. Et comme ça est !

Le secret, le tabou de la recette et une promesse sont sceaux indissolubles et le monde de la cuisine en est pleine, partout.

Quelque fois, ma grand-mère me demandait, avec un brin de malice si la recette que nous avions déjà préparée ensemble était ensemble était bien réussie et le résultat était satisfaisant.

Si chez moi le résultat était le même que chez elle… Non, n’est pas pareil, mamie !… Ah, rigolait…après j’ai compris …il manquait soit un ingrédient soit le temps soit un autre passage…

Mais, après en m’évaluant sérieusement, en conscience et surtout prête me donnais solennellement la dernière pièce du puzzle. Merci Grand-mère !